Les insectes, alimentation du futur ?

Manger des insectes : la solution pour alimenter les 10 milliards d’humains qui vivront sur Terre en 2050 ?

Pour nourrir toute la population mondiale tout en préservant l’environnement (baisse des réserves en eau, disparition de terres agricoles, pollution…), ce qui est certain, c’est qu’il va falloir faire évoluer de façon importante notre alimentation dans un futur proche. Dès 2013, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) préconisait l’utilisation des insectes pour faire face à nos futurs besoins alimentaires. Pourquoi ?

Nutriments, protéines et calories.

Les insectes sont riches en nutriments, en protéines et peu caloriques. Plus riches en protéines que la plupart des viandes (poulet, porc ou bœuf) ils sont source d’apport en vitamine (notamment Vitamine B, B2 et D), minéraux (fer, zinc et calcium) et acides gras essentiels. Séchés, leur teneur en protéines augmente encore pour devenir deux fois plus importante que celle du poisson frais ou de la viande. Ils peuvent donc devenir une alternative saine et naturelle à la consommation de viande.

Les insectes, une super production.

Ce sont les champions de la productivité : Leur production est peu énergivore et ne nécessite quasiment aucun apport en eau (fournie par les plantes dont ils se nourrissent). : ainsi pour obtenir 1 Kg de protéines, il faut 2 kg de végétaux pour nourrir les insectes, comparés aux 20 kg pour les bovins ou 7 kg pour les porcins. L’espace dont ils doivent disposer pour se nourrir et se reproduire est également bien moindre que celui qu’occuperait un troupeau de vaches ou un élevage de porcs (seulement 12 m² par kg de protéines). Quant au temps gagné, il ne souffre aucune comparaison : les insectes deviennent adultes en 2 mois et pondent environ 1 200 œufs par mois (quand il faudra 9 mois de gestation à une vache pour produire un veau…) Enfin, leur impact sur l’environnement est largement inférieur à celui des autres sources de protéines : Les insectes produisent 100 fois moins de gaz à effet de serre comparés aux bovins et ce, pour la même quantité de protéines.

Et le consommateur dans tout ça ?

Manger des insectes vous dégoûte ? Sachez que vous en mangez déjà à votre insu : Il est prouvé qu’en Europe, chacun ingère environ 500 g d’insectes par an en moyenne, caché dans votre alimentation quotidienne (confiture, céréales, pain, gâteau…) !

Bien sûr, en France, bien que nous mangions pour certains des escargots ou des grenouilles, nos traditions alimentaires n’intègrent pas la consommation d’insectes. Mais l’entomophagie (consommation d’insectes par l’être humain) fait partie des habitudes de nombreuses civilisations en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Ainsi, les guêpes sont naturellement consommées au Japon, tout comme les grillons en Thaïlande et les chenilles ou les criquets en Afrique, par exemple. Il nous faudra sans doute reconsidérer nos habitudes…

Comment consommer les insectes ?

Les plus hardis pourront commencer par un scorpion à l’apéritif ou des punaises géantes grillées ! Cependant, il est conseillé de s’initier à l’entomologie avec des produits à base d’insectes, comme par exemple la farine ou les pâtes. Vous pouvez trouver en ligne de nombreuses recettes. Nous avons testé pour vous : des crêpes à fourrer avec votre confiture maison préférée…

Pour les enfants, il existe dans les magasins spécialisés des sucettes d’insectes, par exemple, la sucette fourmi orange (mais les fourmis sont intactes, donc débutants s’abstenir) ou les tablettes de chocolat « crunchy fourmis » ! Bref, faites des tests en fonction de vos capacités…

Dans les années qui viennent, la consommation d’insectes va donc s’imposer progressivement comme une alternative durable, écologique et saine. Doté d’un excellent rapport qualité / prix, elle n’en est encore qu’à ses débuts… Laissez-vous tenter !

Et bon appétit sur Snapmiam !